l'enslowfigéee​.​.​.

by Hopopop

/
  • Streaming + Download



    Encore un objet de plus dans la masse des skeuds, qu'on surproduit et consomme comme le reste ! L’idée c’était de : figer des chansons que je jouais dans ma chambre et parfois devant des gens, pour en faire un disque de variété subversif avec un son pas trop dégueux, et le faire tourner chez soi en dansant (ou pas) en mattant ses pompes (ou pas), mais aussi de faire un objet qui coute presque rien (cd-rs et photocopies), pour qu’il puisse tourner de main en main sans rapports d’argent, et que chacunE puisse se l’approprier.
    Télécharge le disque en entier (avec la pochette) gratuitement dans le format que tu veux: MP3 320, FLAC, OGG, et fait le tourner sans pitié !!!

     

1.
2.
04:03
3.
4.
07:04
5.
02:23
6.
7.
8.
03:42
9.
10.
03:14
11.
03:25

about

En ces temps où libéralisme et individualisme progressent et règnent en maître.
En ces temps où notre nombril est notre seule perspective.
En ces temps où le bonheur est dans l’objet et pas dans le pré (la vie la vraie la vie auchan).
En ces temps où on consomme plus qu’on vit.
En ces temps où nos corps, nos ventres, nos têtes ne nous appartiennent plus.
En ces temps où la peur est omniprésente, on se méfie...
En ces temps où on parle de participation mais jamais d’écoute.
En ces temps où les gens qui bougent passent soit pour des sauvages,
soit pour des extra-terrestres, utopistes, ringards, cécoin dans les années 70...
En ces temps où on peut s’attendre au pire....
En ces temps où on dit que ça ne sert à rien de rêver...
En ces temps où on a plus rien à perdre et pas grand chose à gagner.
En ces temps où la rage n’est soit disant pas légitime.
En s(h)eitan il y a toujours du bruit et du furan.

credits

released October 27, 2006

Ces 12 ballades nombrilistes ont été passées à la machine. en binaire,
dans la chambre de feu PHOEBUS RECORDS.

PH. REC. c’était L et son ordi, enfermé dans sa chambre, gravant, enregistrant et confectionnant avec ses petites mains des petits objets, de projets musicaux stéphanoizes (shit, h-trance, deschannel, la peau et les os).
phoebusrecords.free.fr

Le dessin de la pochette est de JULIEN GARDON
mouchaliii@yahoo.fr

tags

license

about

Hopopop Saint Étienne, France

contact :
nezrose@no-log.org

contact / help

Contact Hopopop

Streaming and
Download help

Track Name: Côtelet en Bourse
CÔTELET EN BOURSE
(avec quelques phrases volées dans tic tac)

Il faut que t'achètes ta mort,
il faut que tu payes ta vie,
tu trouves ton bonheur en soldes à auchan,
et t'achètes ta mort... et t'achètes ta mort...

Chuis pas une côtelette en bourse,
en désaccord pas rentable.
C'est pas mon affaire de faire du fric,
et je reste désintéressé... désintéressé...

Et si tout était gratuit,
profiter serait plus un vice,
les poches toutes vidées et désinvolte,
personne pour consommer notre révolte.
Track Name: depressong
DEPRESSONG
(quel bon jeu de mots !)

Seul perdu dans le noir,
à ne contempler que mon désespoir.
Et je tourne en rond,
dans un labyrinthe de mes questions.
Il y aurait un interrupteur, que je m'en servirais pas.
Je veux même pas te voir...
je veux même pas me voir.

Je m'habitue à voir tout en noir,
et mate le spectacle au travers du brouillard.
Je bouge plus je me suis résigné,
je me complais dans l'obscurité.
Tes images d'épinal, je les gribouille à grands coups de cynisme.
Ton bonheur allégé, je l'ai enterré dans mon nihilisme.

J'ai décidé de pas toucher le fond, et de rebondir avant,
même si je connais la noirceur, je voudrais pas devenir un mort vivant.

Au rythme de mes angoisses,
éclipsé dans ma paroisse,
J'apprends à croire en rien, j'apprends à croire en rien.
A grands coups de scalpel je dépèce mon égo,
et remets en question tout mes idéaux,
Je change de peau... je change de peau...

J'ai décidé de pas toucher le fond et de rebondir avant,
même si je connais la noirceur, je voudrais pas devenir un mort vivant.
Track Name: romantisme révolutionnaire
ROMANTISME RÉVOLUTIONNAIRE
(prière de laisser le romantisme dans l'état, où vous l'avez trouvé)

Une bande de potEs habillés tout en noir,
animéEs par l'énergie du désespoir.
C'est toujours la même histoire :
plutôt crever la bouche ouverte,
que finir mouton dans un abattoir.

SeulEs contre tous illEs se battent,
Pour faire exister leurs mites,
D'un romantisme révolutionnaire.

Une tête de mort sur un mur au pochoir,
les pirates trashent en guise de défouloir.
A quoi bon laisser un espoir.
Ptêt qu'un jour arrivera le grand soir,
au paradis je voudrais jamais croire.

Fanatiquement illEs se battent,
Pour pouvoir prêcher leurs mythes,
D'un romantisme révolutionnaire.

SeulE face à ton reflet dans le miroir,
tu réalises qu'il y a pas d'échappatoire.
Tout idéal est illusoire.
Les veines ouvertes dans ton mouroir,
t'attends la mort, cramponné-e aux accoudoirs.

NoyéE dans un verre, bourréE à l'explosif,
La larme qui fait déborder la vase,
D'une vie de terreur suicidaire.
Track Name: annellyeah
ANELLYEAH
(à defaut d'offrir des fleurs)

S'il me passe par la tête, des idées folles,
j'aimerais simplement me laisser porter par le rock & roll.
Et réagir sur l'instant, comme je le sens,
et pas rester figé, seul dans mon film en ruminant.
Comme paralysé, à l'expression de mes emos,
et seul perdu dans mon blabla, chuis en manque de mots.
Je m'en fais des tartines, pour me cacher ma timidité,
sans oser me l'avouer, sans oser te l'avouer, je parle... je parle...

J'ai peur de toi, peur de moi...

Et je baisse les yeux, pour pas tomber sous le charme,
et médusé je reste de pierre, et verse une larme.
A retourner sept fois ma langue dans ma bouche, je me perds,
j'ai juste loupé tes lèvres... je désespère.
Pour pas pleurer je me suis brûlé, brûlé les ailes,
mais je me dis que je m'en fous j'ai pas besoin d'elle pour voler.
Et ma tête en confusion, comme hermétique à la passion,
j'aimerais juste partager mes frissons, juste partager mes frustrations.

J'ai peur de toi, peur de moi...

Pour me délivrer de mon imaginaire,
à coeur ouvert mes trippes sur la table...
Track Name: psychautisme
PSYCHAUTISME
(avec le fil de bave)

Des fois il y a des gens, qui disent que je pense trop,
et mon psy pense chuis parano,
voilà ma mère, qui se dit, que je me fais un bad-trip de trop.

A l'intérieur de moi, je peux tout démonter,
zapping entre déconstruction, ou legocentrisme.
Spectateur de vos egos vous avez le bon rôle,
chaque mot pris du pied de la lettre jusqu'au septième degré.

Des fois il y a des gens qui disent que je pense trop,
et mon psy pense chuis parano,
voilà ma mère, qui se dit, que je me fais un bad-trip de trop.

Spectateur de moi-même j'ai perdu le film,
l'impression de jouer un rôle sans savoir qui chuis.
Un acteur sans nom, construit pour être un héros,
rien à foutre d'être une star je choisis mon perso.

Des fois je me dis je pense trop...
Des fois j'envie les beaufs !
Track Name: défaites de familles
DÉFAITES DE FAMILLE
(sur les accords du prélude de pach)

Le jour de ton anniversaire,
sans savoir trop, trop quoi faire.
J'avais envie de marquer le coup,
mais je ne voulais pas te faire de cadeaux.
C'est ptêt pas un jour de fête,
qu'on devrait toi et moi se prendre la tête.
Pourtant c'est dans ce genre de moment,
qu'on pourrait parler, de ce qui nous a séparés.

A l'apéro on trinquera,
on arrosera la fin de la crise d'ado.
Pour se mettre en bouche ce soir,
au menu tabous servis à toutes les sauces.
On ravalera nos egos,
s'assoiera tous et toutes autour de la table en égaux.
Avant de souffler les bougies,
on aura vomi tous les non-dits.

Moi je ne cherche pas les conflits stériles,
mais ne voudrais pas d'une fausse paix sociale...
même un jour de fête !
Track Name: démarquée
DÉMARQUÉE
(pour les punks, les crusts, les hippys, les branchouilles... au festival à Ungdomshuset)

Au grand jeu des étiquettes,
les autres tirent au sort, ce que je devrais être.
Au grand jeu des étiquettes,
mon déguisement est ma meilleure cachette.

J'arrive pas à savoir qui chuis,
au spectacle je veux participer,
je veux me conformer moi aussi,
à défaut d'essayer d'exister.

Au grand jeu des étiquettes,
je classe les gens selon leur paraître.
Au grand jeu des étiquettes,
Je coche des cases plutôt que la découverte.

Chuis un autiste dans la vie,
il me faut des repères pour t'appréhender,
à chacun de tes pas vers moi je frémis,
par mes codes je vais d'abord t'identifier.

Au grand jeu des étiquettes,
Le marginal est le trouble fête.
Au grand jeu des étiquettes,
tout ce qui se conforme pas à ma tribu, je le jette.

La meute c'est ma solution de survie,
l'exclusion une façon de se proteger,
toujours les mêmes clichés je reproduis,
par manque d'imagination, chuis gangrené.
Track Name: monthy python
MONTHY PYTHON
(comme le refrain)

Sans réfléchir, dans un méfait de mode, pilotage automatique,
je t'offre ma meilleure image, derrière laquelle peu à peu je m'efface.
Chuis plus qu'un reflet de moi dans mon beau miroir,
et briser la glace, c'est ptêt une façon de te montrer,
que j'ai pas de face.

Les gens se sentent mal dans leur peau, parce que c'est par leur peau.

Quand chuis entier, toi au mieux, t'es ma moitié,
soliste en tournée, autour de mon nombril, je tourne en rond.
Et individualiste, adepte de ma personne,
je prêche tout seul des monologues au fond de moi.
je voudrais sortir de moi, mais en suivant mes pas j'irai pas bien loin.

Les gens se sentent mal dans leur peau, parce que c'est par leur peau.

Mon surmoi sans dessus dessous,
plus rien me paraît normal, rien ne me va plus,
agent double, je joue avec les codes, et avec toutes mes identités.
Et avocat du diable, ou proc intégriste,
à chaque tour de parole, je retourne ma veste,
travesti extraverti, une touche de glam, dans ce monde de brutes.

Les gens se sentent mal dans leur peau, parce que c'est par le repos.
Track Name: starrak
STARRAK
(raquer = vomir)

Enfermé, dans mon neuf mètres carré,
deux fenêtres dont une télé,
deux réalités, une bétonnée,
et l'autre prête à consommer.

Je vis l'extase grâce à des sentiments standardisés. Oi ! oi !
Je réfléchis grâce à des opinions normalisées. Oi ! oi !
Ma seule frustation c'est que je peux pas tout acheter.

Au boulot toute la journée,
je conditionne des programmes télé,
toujours au courant de ce qui va se passer,
comme ça le soir j'ai plus qu'à l'allumer, oh yeah !

Je vis l'extase grâce à des sentiments standardisés. Oi ! oi !
Je réfléchis grâce à des opinions normalisées. Oi ! oi !
Ma seule frustation c'est que je peux pas tout acheter.

Des fois les soirs je vais m'amuser,
avec des potes de boulot à picoler,
on s'échange nos avis sur ce qu'on a regardé,
pour raconter ma vie je détaille le programme télé.

Aujourd'hui l'antenne du quartier a été sabotée,
Je regarde par la fenêtre dehors (comme guy), il y a que des paumés,
En les voyant je les ai detestés et j'ai sauté avec ma télé...
avec ma télé...
Track Name: beurkday
BEURKDAY
(comme une chanson de caca)

Le jour de mon anniversaire
je m'arrête pas de pleurer,
des tous mes potes qui ont l'air sincère,
aucun n'arrive à me consoler.

Le jour de mon anniversaire,
je voulais rester seul avec moi,
d'un coup le téléphone, c'est ma mère,
dire qu'elle me comprend toujours pas.

Le jour de mon anniversaire,
viols et violences ménagères,
des ratonnades policières,
pour du pognon une nouvelle guerre.

Trop content d'être né faudrait que chois heureux avec ça,
et dire que chuis abonné à vie à la looze-combat...

Le jour de mon anniversaire,
une bonne raison de se saouler,
je finis comme d'hab sur terre,
du vomi plein le nez.