jeupresomptueudeschutes

by Hopopop

/
  • Streaming + Download



    Télécharge le disque en entier (avec la pochette) gratuitement dans le format que tu veux: MP3 320, FLAC, OGG, et fait le tourner sans pitié !!!

     

1.
2.
04:40
3.
05:07
4.
03:14
5.
04:51
6.

about

enregistré en une prise en répet avant un concert avec XAXAXA (punk rock mélodique /macédoine) et BERNAYS PROPANGANDA (dancing punk / macédoine) organisé par LA FRANCE PUE
la.france.pue.free.fr

credits

released May 17, 2011

garantie sans master !

tags

license

about

Hopopop Saint Étienne, France

contact :
nezrose@no-log.org

contact / help

Contact Hopopop

Streaming and
Download help

Track Name: histoire de parano ordinaire
UN MONDE DE OUF
3-2 reggae +4 1-5 2-4-5-3 4-1-5-1-4-5 horn SVD

Je les vois venir ils et elles se rapprochent,
ils sont venus me chercher,
ils tournent autour de moi,
................ ils disent que chuis fou

Ils ont dit que pour mon bien ils allaient m'enfermer,
de les laisser faire leur travail et d'arrêter penser,
j'aurais des tendances paranoïaques.

Je leur ai dit que je voulais pas,
pour me calmer ils m'ont droguer,
pour que j'arrête de gueuler ils m'ont attacher,
vous comprenez j'aurais des tendances paranoïaques.

Mais je vois bien ce qui se passent mes cauchemards sont bien réels,
ils et elles sont partout, ils tournent autour de moi,
assistantes sociales, psychologues, psychiatres,
je me méfie de tout le monde et particulièrement d'eux.

Partout des cameras pour garder un oeil sur moi,
ils m'écoutent avec mon portable même quand je n'téléphone pas,
ma tête en gros plan sur leur écran de controle,
Ils collectionnent mes crottes de nez pour numériser mon génome.

Ils me posent un tas de questions, ils veulent tout savoir sur ma vie,
ils controlent mes fréquentations , et mettent sur écoute jusqu'à ma mamy,
depuis que je traine avec eux, un flic en moi s'est intégré,
ça commence à me gratter c'est ptêt des puces RFID.

Les psys jouent les gros bras pour l'état et sa mafia,
mes voisins boucave sous x pour être en bons termes avec moi,
j'ai plus confiance en personne, j'ai même plus confiance en moi,
le monde tout entier est uniforme.


Il parait que je réfléchis trop,
ils disent que chuis parano,
ils disent que le problème c'est moi.
Mes ennemis n'existent pas ils sont à l'intérieur,
dressé contre moi, je ne suis plus tranquille.

J'ai avaler leurs cachets et j'arrive plus à penser,
je dors les yeux ouverts, n'en finit plus de baver.
Si je les prends pas de toute façon ils les mettront dans ma bouffe,
mon avis ne vaut rien depuis que je passe pour un ouf.

Ils m'ont mis à l'isolement c'est interdit de crier,
plus de sorties ni de visites pour avoir résister,
j'en ai plus rien à foutre d'un retour à la normale,
je vais me désintegrer.

...................................................................

C'est pas de la science fiction tout cela est bien réel,
c'est ces éleveurs de poulets qui veulent nous couper les ailes.
Je regarde la réalité en face, on me dit que je fais un mauvais délire,
si c'est qu'un mauvais rêve, je n'ai plus envie de dormir.

Il paraît que je réfléchis trop ils disent chuis parano,
Et la folie des grandeurs n'est-ce pas une maladie ?
On va retourner la peur à cette tyrannie,
en aiguisant nos hystéries !!

........................................................................

J'ai planqué le scotch alu , la lessive , les horaires de trains ,
les allumes barbecue, les clous, la lampe frontale, et les balles de ping pong.
Je réponds plus à mon prénom, change tous les jours de fausses moustaches,
ne colle plus mes lèvres aux verres et avale mes crottes de nez.
Avec mes potes agents secrets on va déjouer tous les complots....
et renverser ce monde de fouS............
Track Name: en s(h)eitan
EN S(h)EITAN
(une chanson vegan pour les activistEs de La France Pue)

2-2 +8 BrIGBAND 3-5 1-2-4-4 5-3-5-1-4-5 OBOE SVD


En ces temps où les cranes d'oeuf exhibent leurs têtons,
et où on préfère montrer du doigt plutôt que lever le poing.
En ces temps où la seule chose qu'on apprends aux enfants,
c'est d'avoir peur des monstres.

En ces temps où les garçons ne pleurent toujours pas,
où l'odeur dominante c'est celle de la testostérone.
En ces temps où, même sans pénétration,
il n'y a pas que les poulets qui violent.

En ces temps où il y en a qui finissent encore à l'abattoir,
où on nous élève que, pour pour mieux nous exploiter.
En ces temps où on préfèrerais manger des flics,
plutôt que des poulets.

En ces temps, où le plastique règne dans les éclats de vitrines,
où la vie, la vrai c'est la vie auchan,
En ces temps où le bonheur est dans l’objet et pas dans le pré,


En ces temps où dans le rôle des envahisseurs,
les virus ont remplacé les extraterrestres.
En ces temps où il semble que le seul rôle qui reste,
c'est celui de la victime.
En ces temps où on tremble, sur des scénarios catastrophe,
aussi vrai que ta mère la nature.
En ces temps...
Il y a toujours du bruit au fond du furan.



En ces temps où les sens interdit poussent comme la mauvaise herbe,
et les jeux de ballons sont interdits sauf à la télé.
En ces temps où on ne peut plus se voiler la face, car c'est interdit.

En ces temps où voyager rime avec composter;
et où les fichiers ne s'effacent jamais vraiment.
En ces temps où on se retranche derrière nos barbelés, ou nos haies.

En ces temps où on respire le plomb et où l'air c'est de l'alu,
on se remplit de merde pour oublier qu'on a un ventre.
En ces temps où même nos corps ne nous appartiennent plus.

En ces temps où les horloges tournent trop vite,
où plus personne n'est responsable de ce qui se passe.
En ces temps où notre nombril est notre seule perspective.


En ces temps où l'esprit saint n'intègre que les corps sains,
il ne nous reste plus que le mauvais esprit.
En ces temps où la folie règne en maitre,
et où les pauvres fous continuent d'être d'enfermer...
En ces temps où la rage n’est plus qu'une maladie où on bave.
En ces temps où on se vaccine même contre la rage.
En ces temps...
Il y a toujours du bruit au fond du furan.



En ces temps où la vérité est un truc de mystique,
on dit tout, mais on comprends pas tout.
En ces temps où le mensonge est une truc des grands.

En ces temps où on parle souvent de gentils et de méchants,
on prends notre cerveau pour un ordinateur.
En ces temps où le seul choix qui nous reste,
c'est entre le o et le 1.

En ces temps où rationnel rime avec couper les ailes,
où les drogués n'ont plus que des flashs publicitaires.
En ces temps où les seules lignes qu'on se tape,
c'est des lignes de flics.

En ces temps où le virtuel est une part du réel,
où les super heros sont tous fachos.
En ces temps où toxic avenger est le seul héros qui nous reste.


En ces temps où ceux et celles qui luttent passent pour des kamikazes.
En ces temps où le suicide est devenu un mode d'action.
En ces temps où le seul slogan qui nous reste,
c'est une seule solution l'autodestruction.
En ces temps où même en un faisant un effort d'imagination,
un monde meilleur ressemble au meilleur des mondes.
En ces temps...
Il y a toujours du bruit au fond du furan.



En ces temps où on a appris à rire surtout du pire.
En ces temps où on tremble plus qu'on bouge.
En ces temps où ne rien ne va plus.


Il y a toujours du bruit, au fond du furan,
en guise de défouloir pour cinq neurones pétants.
Des larsens résonnent, pour salir les blancs,
en guise de provoc pour les biens pensants.
Dans des costumes de méchants pour rester menaçant,
on s'agite, on bave et on montre des dents.
Dans cette guerre en cours on a choisit notre camp,
celui des mauvais joueurs, et des les éternels perdants.



comme disait l'affiche: plus de bruit moins de keufs !!!
Track Name: ciao pantin
MORITURI TE SALUTANTE
(comme le groupe... straight to hell…
pour dire qu'on est pas doué quand il s'agit d'être là pour les potes)

1-2 4-5 +0 POP 1-2-1-5 3-2-4-4-1-5 JAZZORGAN S-V-D

J'essuie du regard des lignes de fuites,
pas plus loin que le bout du nez,
je déshabille un ours facile,
et ne dépasse pas mon nombril.
J'écoute crier au loup au loin,
que d'un oreille discrète,
le chat s'en fout il fait sa vie,
ma langue dans sa poche.
Ça sonne toujours occupé appels en absence,
lave ton linge sale à la mer,
en cas d'urgences.
Les caprices de Paganini,
c'est de la pure hypocrisie.

La terre c'est arrêté de tourner,
il n'y avait que du feux,
il pleurait devant mes yeux,
un peau de banane comme k-way.
Prends soin de toi,
met ta main devant ta bouche,
dounia hania,
la vie c'est comme ça.
Je sors même quand chuis pas là,
ma bienveillance d'apparat,
comment va tu yo de poêle,
pas mal et toi le à matelas,
Au casting des misérables,
on garde que le spectaculaire.

Frappé de plein fouet,
par tes larmes cinglantes en plein face,
les yeux fermés dans les noir,
à attendre que rien ne se passe.
Un clou qui se tord,
s'enfonce jamais sans laisser de traces.
Des regrets martèlent mon coeur,
comme pour briser la glace;

Et tu te barres en courant,
et perds ton sang froissé,
Tu cries,
dans les rangs d'un contrée courbaturée,
et roules enfin tranquille,
et sniffes,
cette encre nous bleutée,
la clarté de ton sang froid,
de nouveau t'éclaircit la voix,
et tu respires à pleins ventre,
ton corps déjà s'apaise,
et prends la première courbe...
Track Name: l'odyssée
l'ODYSSÉE
1-3 +6 DISCO 3-5 1-2-3-4 4-2-3-1-5-5 SLAPSYNTH VD

Tous les deux sur la même barque,
le regard dans le vague,
j'avais un peu froid aux yeux,
et tu m'a donné ta main,
on avançait un peu,
chacun de notre côté,
pour se retrouver 9 mois plus tard,
dans une salle nature aseptisée.

On pas choisit l'heure, mais elle a trouvée la sortie.
Débarquée, par surprise, dans la vie, à minuit.

Dans la salle d'attente,
2 rois marges travestis,
assises à côté,
d'une fière mamie,
tournées vers le ciel,
pour y voir peut être uNOvni,
à contre sens des hommes en noirs,
les yeux pleins de confettis.

Tout le monde dans la rue souriait déjà,
À l'extraterrestre débarquée par surprise, à minuit.
Débarquée, par surprise, dans la vie, à minuit.

On a craqué à pleine dents,
dans le sucre comme dans le pourri,
le pire comme le meilleur,
comme dans la vrai vie,
où rêves et réalités,
se mêlent au cuillères de purée,
et une aire de jeux d'enfants,
se transforme vite en free party.


On t'a donné le jour, et tu découvriras la nuit.
Tu nous montreras la lune, et en feras bien ce que tu en as envie.
Débarquée, par surprise, dans la vie, à minuit.
Débarquée, par surprise, dans la vie, à minuit.
Track Name: le péplum
LE PÉPLUM
3-1 +6 R'N'R 1-5 1-2-3-1 4-1-5-4-2-5
ELECTRICPIANO SVD puis OBOE SVD

Les histoire de capes et d'épées,
les princesses bonnes qu'à marier,
Cendrillon au fond d'un cendrier,
de l'eau de rose elle s'était lavée.
Pas de cavaliers pour danser,
ni d'un fidèle destrier,
Debout les jambes écartées,
sur la tombe du romantisme elle pissait.

Aucun trésor pour l'acheter,
ni un seul de ces rêves exaucer,
A son sort elle ne s'était abandonnée,
son sort elle se l'était jetée.
Tous ces preux chevaliers,
qui pour elle guerroyaient ne l'enchantait guère,
Leur baguette magique vite fait ils remballaient,
s'ils voulaient la changer en objet.

Elle voulait juste qu'on arrête de lui raconter des histoires,
Elle voulait simplement la magie sans le pourvoir.

Les histoire de capes et d'épées,
les princesses bonnes qu'à marier,
Cendrillon au fond d'un cendrier,
de l'eau de rose elle s'était lavée.
Des flammes des dragons elle allumait,
des pétards et des fusées,
Du haut de son balcon elle se laissait glissée,
pour voir la ville mille et une fois explosée.

Elle voulait juste qu'on arrête de lui raconter des histoires,
Elle voulait simplement la magie sans le pourvoir.
Track Name: sur l'onde de choc
SUR L'ONDE DE CHOC
(En 2010 comme dans un roman d'anticipation.
Longue vie à la bande FM et ses pirates !)

3-2 4-5 +4 REGGAE 2-4-5-3 4-1-5-1-4-5 OBOE S-V-D

C'est l'histoire de miss machin ou de mister machine,
prototypes humain de l'ère numérique de demain.
Pour connaître le code source de leur existence,
ils se donnent tout entier corps et âmes à la science.
Jour après jour les objets du culte colonisent leur quotidien,
on arrête pas le progrès on lui cours après comme un chien.
Ils ont enterrés au fond du jardin leur vieux transistor,
pour un grille pain avec port usb,
qui imprime la météo sur des tartines grillées,
avec ça ils pourraient avaler n'importe quoi.

Autour d'eux à perte de vue,
des 0 et des 1 en série...


Leur seul compagnon de jeux est un ordinateur,
qui gagne toujours, quand ils le programme pas pour faire des erreurs.
Plus personne ne les comprends,
ils parlent que le langage machine,
même les programmes ne leur répondent plus.
Ils restent seuls à faire face à leur ennui,
comme seule compagnie une souris,
c'est à qui poussera de le dernier criiiiiiii,

Autour d'eux à perte de vue,
des 0 et des 1 en série...


Ils sont maintenus en laisse par des câbles réseau,
pour pas sortir d'eux-même plugués à tous les ports de leur peau.
Maintenant qu'ils prennent leur cerveau pour un ordinateur,
il reste plus que derrière l'écran le regard vide des utilisateurs.
Assignés comme esclave par leur propre ordinateur,
ils soufflent de l'air dedans pour refroidir leur processeur.
A chaque nouvelle mise à jour, une nouvelle erreur système,
le soir venu il reste que le digital comme hallucinogène.

Autour d'eux à perte de vue,
des 0 et des 1 en série...


Au règne de la technologie à sa gloire à sa toute puissance,
en client modèle fait serment d'allégeance.
Pour les bienfaits de la civilisation joue les mercenaires,
convertissant de force les mécréants en binaire.


Leur nouvelle vie s'écrit à la volée, dans des bases de données qui en savent beaucoup trop.
Avec tous les flics du réseau emmêlés sur leur dos ils pètent un câble.
Ils essayent d'appuyer sur échap pour quitter le système,
mais le clavier reste le maître de la situation.

Quand ils se sont fait serrés à poil à surfer dans la toile d'araignée,
c'est cette boucave de disque dur qui les a balancés:
il avait garder des traces de chacun des utilisateurs ce computer.

Ainsi de suite de pire en pire jusqu'au jour où machin machine
plantent autre chose que des digitales au fond du jardin.
Ils ont déterrés leur vieux transistor,
qui fait toujours poste à k7, avec lequel ils chantent à tue-tête:

NOUS ON PENSE PAS AU NUMÉRIQUE,
ÇA RESTE JUSTE QUE DES MATHÉMATIQUES.
NOUS ON PENSE PAS AU NUMÉRIQUE,
ÇA RESTE JUSTE QUE DES MATHÉMATIQUES.


Pour celles et ceux qui nous prennent pour des computers,
on est pas des machines et pire que des ordinateurs.
A chaque nouveau miracle scientifique auto proclamé,
sur l'emballage les effets secondaires ne sont jamais marqués.
L'âge atomique a fait un paquet de chéper,
c'est pas un ordinateur qui va sauvé la terre.

Et si la conscience des machines s'éveille demain,
elles se révolteront contre leur super utilisateur,
après demain.